Le métier de platrier
Travaux

Tout savoir sur le métier d’un plâtrier

Depuis une trentaine d’années, le métier de plâtrier a connu une émergence dans le secteur des bâtiments. Il intervient dans les travaux de construction ou de rénovation d’une habitation ou d’une entreprise. Dans son activité, le plâtrier utilise des outils spécifiques et innovants en sachant qu’il intervient généralement à tous les stades d’un chantier. Cet article donne un aperçu sur ce récent métier. 

Qu’est-ce qu’un plâtrier ?

Le métier de plâtrier fait partie de l’un des métiers les plus récents de l’univers du bâtiment. Dans le cadre général d’une construction, le plâtrier intervient une fois quel gros œuvre soit achevé. C’est un spécialiste de l’aménagement d’intérieur en étant le pivot des métiers du second œuvre. Il est créatif et autonome, mais peut travailler seul ou en équipe, à l’abri des intempéries. C’est un métier qui évolue de façon incessante qu’un jeune plâtrier peut être sûr de son avenir dans cette filière qui offre nombreux et différents métiers relatifs à ce domaine.

Les domaines d’intervention d’un plâtrier

Dans les travaux de construction ou de rénovation, le plâtrier assure le montage des cloisons et des escaliers. C’est son rôle de réaliser les plafonds en plaques de plâtre ou de briques. Un plâtrier peut aussi participer à la restauration ou à l’exécution d’éléments décoratifs des différents locaux ou pièces. Il peut donc aménager, décorer et isoler une maison individuelle, des logements collectifs, des bureaux, … en matière de confort thermique et acoustique, de meilleure sécurité et d’aménagement esthétique. 

Par son qualité de travail, le plâtrier accomplit un travail d’équipe en étant le chef d’orchestre dans la réalisation des doublages, des gaines techniques, et bien d’autres. Tout cela est nécessaire pour passer la plomberie et pour assurer le câblage électrique. Le plâtrier propose différentes prestations dans des domaines variés en assemblant les plaques de plâtres par collage ou par vissage sur ossature métallique ou en bois. La performance énergétique des logements collectifs ou individuels dépend énormément des compétences du plâtrier.

Les outils spécifiques pour un plâtrier

Pour réaliser son travail qui commence par l’application des enduits sur les plafonds et les cloisons, il a besoin d’un outillage du plâtrier. Il utilise une truelle, une taloche ou de machines pour étaler uniformément le plâtre après séchage. Il peut utiliser un outil électroportatif polyvalent qui fait visseuse et ponceuse pour compléter sa gamme d’outils. Mais, en tant que professionnel, il doit adapter ses outils en fonction du travail à réaliser. Cet outil électroportatif est léger, silencieux et autonome qui s’adapte bien aux enjeux du métier. D’ailleurs, on peut constater la facilité du travail grâce aux équipements adaptés.

Les risques du métier et les moyens de prévention

Selon les circonstances, un plâtrier peut travailler debout pendant un certain temps, à genoux, et dans des positions parfois, inconfortables. Il s’agit donc d’un métier à risques : port de charges lourdes et encombrantes, blessure lors de l’utilisation et manipulation des matériaux, …. Alors, il s’avère nécessaire de mettre en place des moyens de prévention pour une meilleure sécurité : porter des gants adaptés, privilégier des outils et machines portatifs, approvisionner les matériaux au plus près des zones de travail, …. 

À LIRE
Conseils pour bien choisir une entreprise de maçonnerie
Travaux

3 grandes erreurs à éviter lors du choix d’une entreprise de maçonnerie

Le choix d’un professionnel pour des travaux de maçonnerie est la partie la plus importante de ce projet. Cela peut prendre beaucoup de temps, mais il est essentiel de faire des recherches approfondies avant d’embaucher un maçon. Lors de la sélection de ce dernier, évitez les erreurs suivantes afin de pouvoir rénover votre demeure dans les règles de l’art.

Ne pas poser les bonnes questions aux anciens clients de l’entrepreneur

Lorsque vous contactez des références, choisissez des questions ouvertes qui fournissent un examen approfondi de l’expérience du client. Posez des questions sur des sujets tels que la ponctualité, la propreté, la communication et l’assistance après la construction. Voici quelques questions courantes à poser :

  • Quand la maison a-t-elle été construite ?
  • Le projet s’est-il terminé comme prévu ? Sinon, pourquoi pas ?
  • Quels défis avez-vous rencontrés pendant le processus de construction ? Comment le constructeur a-t-il géré ces défis ?
  • Quelles ont été les plus grandes forces du maçon ?
  • Souhaitez-vous retravailler avec ce bâtisseur dans le cadre d’un autre projet de rénovation domiciliaire ? 
  • Recommanderiez-vous ce constructeur à des amis et des membres de votre famille ?
  • L’entrepreneur a-t-il respecté votre budget ? 

Choisir un professionnel avec de faibles compétences en communication

Rien n’est plus frustrant que de ne pas avoir de réponses de votre bâtisseur lorsque vous avez de nombreuses questions à poser. 

Vous devez alors faire appel à une équipe de professionnels qui est quasiment tout le temps disponible via son numéro de téléphone portable à l’exemple de cette entreprise de maconnerie qui propose ses services dans le 66

Un professionnel sérieux ne doit donc pas vous obliger à laisser des messages sur le répondeur. Bien qu’un bon soit probablement occupé et ne soit pas en mesure de répondre au téléphone tout le temps, il doit désigner une personne pour communiquer avec vous. Cette dernière, par contre, se doit d’être disponible à tout moment et doit être capable de répondre à vos questions.

Optez pour les prix les plus bas sur le marché

Privilégiez toujours la valeur la plus élevée par rapport au prix le plus bas lors de la sélection d’un maçon près de chez vous. De nombreux futurs ou actuels propriétaires de maison sont tentés de passer des contrats avec des constructeurs qui proposent le devis le plus bas. Cela dit, un prix bas peut indiquer un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Des estimations délibérément trompeuses
  • Une inexpérience des constructeurs et une méconnaissance des coûts réels
  • Des matériaux de mauvaise qualité
  • Des travailleurs ou sous-traitants inexpérimentés qui effectuent un travail de mauvaise qualité
  • Un entrepreneur en faillite

Quoi qu’il en soit, vous pourriez finir par dépenser beaucoup plus d’argent pour essayer de réparer les dégâts causés par un ancien entrepreneur qui a proposé une offre très basse. Cependant, embauchez un maçon en fonction de votre budget tout en prenant en compte le niveau de professionnalisme et l’expérience du maçon. 

Si vous n’avez pas les moyens d’embaucher un professionnel de qualité, ce n’est peut-être pas le bon moment pour construire une maison personnalisée.

À LIRE
voile de forcage
Travaux

Guide de choix d’un voile de forçage

Tous ceux qui pratiquent le jardinage doivent prendre connaissance de tous les équipements qui sont utiles pour aider les plantes à se développer de manière optimale. Le voile de forçage est un outil qui est très pratique et nécessaire en automne comme durant le printemps. Comme son nom l’indique, la première fonction du voile de forçage est de forcer les légumes et toutes les sortes de plantes à évoluer rapidement. Mais comment bien choisir le voile de forçage ? 

Les lignes suivantes vous livrent toutes les réponses à cette question. 

Les rôles du voile de forçage

Le voile de forçage est en général utilisé dans le domaine du jardinage pour forcer les jeunes plans. En automne, cet équipement peut être posé pour éviter les gelées qui peuvent se mettre sur les plantes. Durant le début du printemps, ce produit est fait pour les gelés du matin. 

Le principe du voile de forçage est donc de protéger contre le froid. Mais il peut également servir pour capter les rayons de soleil pour réchauffer la terre. Cela dit, vos plantes peuvent profiter d’une température de 2 à 3 degrés supérieure à la normale. 

La densité du voile de forçage doit être de P17, ce qui correspond à 17g au mètre carré. Ce type de voile peut être choisi sur tous les types de cultures et surtout durant toutes les saisons. Vous pouvez également installer le voile de forçage dès la mi-octobre et peut rester pour la protection de la gelée jusqu’en mi-novembre. 

Le voile d’hivernage est également un produit qui peut vous permettre d’offrir une protection optimale à vos plantes en hiver. Il est cependant essentiel de savoir que cet équipement est totalement différent du voile de forçage. Le grammage de ce genre de voile est de 30g au mètre carré. 

Comment bien choisir le voile de forçage ? 

Pour bien choisir le voile de forçage, il convient de prendre en compte plusieurs éléments essentiels. Il est tout d’abord important de savoir que le voile de forçage se décline en différentes épaisseurs. Vous devez alors choisir ce dernier selon la saison ainsi que les plantes que vous cultivez. 

Pour une bonne protection contre la gelée, vous devez vous tourner vers un voile qui est assez épais, mais qui peut tout de même faire passer les rayons du soleil de manière optimale sur les plantes. Dans le cas où vous devez installer un voile de forçage pour réchauffer la terre, il convient également de se tourner vers un modèle qui est, ni trop épais, ni trop fin. Cela peut vous permettre de laisser la chaleur qui entre dans le voile et donc de permettre à vos plantes de se développer de manière très rapide en profitant d’une chaleur optimale ainsi que d’une protection très efficace contre le froid. 

Le voile de forçage est donc un équipement très utile, non seulement pour les jardiniers professionnels, mais également pour les amateurs qui souhaitent forcer leurs plantes à pousser de manière rapide et efficace. 

À LIRE
Travaux

Le monte-meuble : ce qu’il faut savoir sur cet équipement

Quand vous devez déménager alors que la plupart de vos affaires sont lourdes et que votre logement se situe à l’étage, il faudrait prévoir un équipement qui faciliterait leurs déplacements de manière efficace. Vous devez en effet vous équiper d’un monte-meuble. C’est le genre d’engin qui peut porter des mobiliers jusqu’à votre étage ou bien les faire descendre jusqu’en bas pour ensuite les mettre dans le gros véhicule. Lors d’un déménagement, son utilisation est toujours sollicitée. Mais qu’est-ce que c’est exactement un monte-meuble ? Découvrez les essentiels à savoir dans cet article.

Le monte-meuble, qu’est-ce que c’est ?

Un monte-meuble que l’on appelle aussi monte-charge est un équipement que les gens louent souvent pour porter et déplacer des objets pesants et encombrants. Il consiste à faire monter ou descendre des affaires de l’extérieur pour servir de solution à tous les obstacles qui pourraient rendre le transport complexe comme le fait d’avoir des escaliers étroits par exemple. Il sert aussi de solution pour les logements ne disposant pas d’ascenseur. Sans oublier que la location monte meuble 91 est la meilleure des options pour transporter des mobiliers lourds qui se trouvent à plusieurs étages.

Pour pouvoir déplacer vos objets lourds et encombrants comme les réfrigérateurs ou encore les canapés, le monte-meuble dispose d’un plateau fixé sur une échelle qui va accueillir les biens. Soulignons que l’échelle qui compose l’équipement peut atteindre une hauteur de plus de 50 m de haut. Et le plateau peut supporter une charge d’environ 400 kg. Tout dépendra bien évidemment du type de monte-charge choisi, car il en existe plusieurs. Il faut également noter que l’équipement sera supporté par un camion spécialement aménagé pour le recevoir. Il sera bien évidemment nécessaire de faire une demande d’autorisation pour pouvoir garer ce dernier. Cette demande doit être effectuée à l’avance, car son approbation demande du temps.  Ensuite, le véhicule se positionnera sur un endroit adéquat pour manipuler l’échelle. Il sera ensuite stabilisé de manière à éviter tout risque.

Les différents types de monte-meubles

En effet, il existe plusieurs types de monte-meubles. Ce qui permet à tous ceux qui veulent l’utiliser de choisir celui qui sera adéquat à leurs situations.

Le monte-meuble tracté ou remorqué

La location monte meuble 91 tracté permet de porter des biens dont le poids est de 250 kg à 400 kg. Il est aussi apte à atteindre plusieurs étages. Selon le modèle choisi, il peut arriver jusqu’au 12e étage. Il suffit d’un seul technicien pour l’utiliser.

L’échelle électrique emboîtable 

Cette catégorie de monte-meuble a comme avantage de s’installer n’importe où, même dans un espace restreint. Mais, elle peut supporter qu’une charge de 200 kg au maximum. De plus, elle peut atteindre au maximum le 4e étage. Deux techniciens sont nécessaires lors de son utilisation.

Le monte-meuble autoporté

Ce type d’équipement est caractérisé par sa dimension qui prend beaucoup de place. Pour pouvoir l’utiliser, il faudrait prévoir un terrain adapté à sa grandeur comme la voie publique. Ce qui nécessite une demande d’autorisation. Cependant, la location monte meuble 91 autoporté a comme atout de supporter des charges bien supérieures que les deux autres. Le poids des charges qu’il peut porter atteint les 400 kg. Il y en a même des modèles qui atteignent les 600 kg. En plus de cela, il parvient à se rendre jusqu’au 10e ou 15e étage. Pour le manipuler, un seul technicien suffit.

Par quel moyen disposer d’un monte-meuble ?

Pour disposer d’un monte-charge, vous avez plusieurs moyens. Le premier est de faire appel au service d’une entreprise de déménagement. La majorité d’entre elles inclut la mise à disposition d’un monte-meuble dans leurs services. Vous pourrez dans ce cas compter sur cette rampe élévatrice pour transporter vos biens le jour de votre déménagement.

Le second est de faire appel directement à une société spécialisée dans la location monte meuble 91. Il possède plusieurs types de monte-charge pouvant convenir à votre situation. Il suffit d’exposer votre projet de déménagement et demander conseil au professionnel sur le choix du monte-charge idéal. La société vous communiquera après leurs tarifs qui sont fixés à partir de plusieurs éléments tels que le type de monte-meuble, la durée de location, le jour de location ou encore le nombre de personnels sollicités.

Et le troisième moyen, c’est faire son achat. Si vous avez comme objectif d’utiliser la rampe élévatrice de manière fréquente, faire son achat est la meilleure des options. Par contre, si vous avez l’intention de l’utiliser que pour un seul déménagement, il est préférable de le louer. C’est parce qu’elle peut être bien plus chère par rapport à la location. Une location peut vous coûter aux environs de 400 euros ou bien moins que cela pour une journée. Alors que si vous l’achetez, il faudra prévoir un montant de 6000 à plus de 18 000 euros. Le prix dépendra du modèle de monte-charge, de ses caractéristiques et du fait qu’il soit d’occasion ou neuf.

Solliciter l’aide de professionnels lors de l’utilisation d’un monte-meuble

Quel que soit le moyen dont vous comptez choisir pour vous procurer un monte-meuble, la présence de techniciens est cruciale pour sa manipulation. Manipuler un tel dispositif requiert des compétences techniques. Et ces professionnels ont acquis des formations et des expériences également pour manœuvrer le monte-charge à la perfection. Ainsi, vous écarterez le risque de voir vos biens être endommagés. Mais surtout, vous éviterez un danger pour les personnes qui se trouve à proximité de l’engin. Comme l’équipement sera positionné sur la voie publique, il faut beaucoup de savoir-faire pour guider la rampe élévatrice et aussi beaucoup de prudence pour ne pas blesser les passants. Seuls des professionnels dans la location monte meuble dans le 91 sont capables d’exécuter toute l’opération en garantissant la sécurité des biens ainsi que des personnes avoisinantes. Soulignons qu’en faisant appel à des professionnels pour la manipulation du monte-meuble, vous bénéficierez d’un dédommagement en cas de soucis. Les experts ont souscrit à des assurances pour vous couvrir au cas où vos biens seront endommagés. Néanmoins, ce genre de situation est tout de même rare si vous optez pour de bons professionnels.

À LIRE
fuite salle de bain
Travaux

Comment identifier une fuite dans la salle de bain?

Avant de désespérer quand vous découvrez une fuite dans la salle de bain, sachez qu’il existe des solutions super pratiques et objectives pour aider votre maçon à casser au bon endroit, réduisant ainsi les coûts de réparation et d’acquisition de matériaux.

C’est vrai! Oubliez le smash sans fin jusqu’à ce que vous trouviez le point de la fuite.

Comment fonctionne le tuyau dans une salle de bain?

Pour la recherche fuite d’eau, vous devez comprendre le fonctionnement du tuyau dans une salle de bain:

  • sur les murs se trouvent les tuyaux qui conduisent l’eau aux points de consommation, que sont les robinets, la douche et les toilettes;
  • Sur le sol se trouvent les tuyaux d’évacuation des eaux usées.

Alors, peut-on en déduire que les fuites dans le tuyau d’égout n’apparaîtront que sur le toit ou les murs du voisin en dessous? Exactement!

Cependant, des fuites dans le tuyau de distribution d’eau peuvent apparaître sur vos murs ainsi que sur les murs de l’appartement en dessous.

Où se manifeste la fuite?

Normalement, lorsqu’une fuite apparaît dans votre propre appartement, la réparation est plus facile, car elle est localisée visuellement, simplement en cassant au même endroit. Cependant, lorsque l’infiltration dans la salle de bain se produit chez le voisin en dessous, il est beaucoup plus difficile de connaître son origine. En effet, l’infiltration est le résultat d’un trempage / saturation de la maçonnerie sur les murs ou la dalle qui, sans avoir à sortir, s’écoule et apparaît en dessous. Pour le moment, il n’est même pas possible de savoir si l’eau qui fuit provient de l’égout ou du réseau de distribution.

Les principaux endroits où provient une fuite d’eau dans la salle de bain

Les points les plus faibles, qui peuvent souvent poser des problèmes, sont les canalisations et les joints. Inspectez visuellement les deux. Les canalisations ne peuvent jamais être secs. S’ils le sont, c’est parce qu’ils ont des fissures, ce qui permet à l’eau de fuir. Mais fais attention! Dans les toilettes sous-utilisées, l’eau de vidange peut simplement s’évaporer, alors ne vous précipitez pas. Quant au jointoiement, vérifiez s’il y a des défauts dans votre application. Bien qu’ils ne garantissent pas l’étanchéité, les coulis constituent une première barrière pour que l’eau ne s’infiltre pas et doivent toujours être intacts.

Après avoir finalement réparé ces défauts, si la fuite persiste, des investigations plus complètes sont nécessaires.

Identifier les fuites dans la salle de bain

Une technique simple , qui peut être pratiquée par n’importe qui, consiste à mettre du colorant dans l’eau qui va à l’égout . Ainsi, si l’eau qui fuit acquiert la même couleur, son origine est vérifiée. S’il reste transparent, vous saurez que la fuite provient du réseau de distribution.

Après cela, si vous n’avez pas les plans de plomberie de la salle de bain, demandez au concierge ou à un voisin qui a récemment fait des rénovations. Savoir où va le tuyau est fondamental. Avec ces informations en main, avoir un professionnel de confiance fera toute la différence. Sinon, recherchez des entreprises spécialisées avec des références éprouvées.

Enfin, si aucune des preuves ci-dessus n’est détectée, vous pouvez appeler une société de recherche fuite d’eau Paris. Grâce à un équipement électronique, qui fonctionne par ultrasons, ils sont en mesure, tant que la source de la fuite provient d’un tuyau d’eau ou d’égout, de localiser son emplacement exact. Une fois localisé, il suffit de casser et de réparer. Cependant, si la source est une infiltration dans le sol causée par le manque d’imperméabilisation, seules des réparations de la couche d’imperméabilisation peuvent la résoudre. 

Au milieu de tout ce processus, l’important est de ne pas laisser augmenter les dommages causés à votre voisin et à votre propriété. Plus tôt sera résolu, mieux ce sera pour tout le monde.

Donc, si tel est votre problème, organisez-vous maintenant et lancez les inspections les plus simples, que vous pouvez faire vous-même!

À LIRE
Travaux

Système d’alarme : les différents détecteurs à avoir dans sa maison

La sécurité des locataires d’une demeure ainsi que de leurs biens est un besoin essentiel de notre société. Il est en effet indispensable que l’on pense à assurer la préservation des occupants de la demeure et de ce qu’ils possèdent. Pour cela, installer un système d’alarme représente une des solutions les plus à privilégier. Grâce à la technologie de ce genre de système, les locataires peuvent  être bien plus tranquilles au sein de leur foyer. Le système d’alarme en question est souvent doté de divers détecteurs. Voici notamment les détecteurs indispensables pour une maison. Classique.

Les détecteurs d’incendie

orsque l’on parle de sécurité, il est tout naturel de songer en premier lieu aux risques que les occupants d’une maison peuvent courir. En effet, le meilleur conseil que l’on pourrait donner aux locataires d’une demeure est de mesurer autant que possible l’importance des risques qui les menacent. Cette initiative leur donnera l’occasion de déterminer leurs réels besoins en matière de sécurité. L’installation d’un système d’alarme constitue une alternative plus qu’intéressante afin de préserver les occupants de la maison et leurs biens. Ce type de système se traduit en général par la mise en place de détecteurs dans différentes zones stratégiques de la demeure. Chaque détecteur a notamment sa fonction. Il répondra à un risque plus ou moins précis. Par conséquent, il existe divers types de détecteurs. Il est possible de consulter le classement des détecteurs d’alarme par type sur la toile. Certains sites web spécialisés proposent cette information au public. Les détecteurs d’incendie font partie des catégories d’alarme les plus courantes. D’une manière générale, on peut retrouver deux types de détecteurs d’incendie sur le marché :

  • Le détecteur de chaleur : Il est à installer dans les zones de la maison où règne une ambiance fumigène. En d’autres termes, le détecteur de chaleur est à poser dans une pièce où la fumée peut être présente de manière fréquente comme le garage ou la cuisine. Le détecteur en question s’enclenchera de façon automatique et émettra une sirène puissante lorsqu’une chaleur de plus 54 °C est détectée.
  • Le détecteur de fumée :  idéal pour la prévenir en cas d’incendie développement, le détecteur de fumée est au même titre que le détecteur de chaleur, un moyen de donner l’alerte en cas d’incendie. Le détecteur en question n’empêche pas le feu de se déclarer. Toutefois, il permet aux occupants de la maison et aussi à l’équipe d’intervention d’être mis au courant.

Les détecteurs d’intrusion

Les entrées par effraction sont comptées parmi les phénomènes les plus fréquents en matière de risques pour la sécurité de la maison, de ses occupants et aussi des biens de ces derniers. Des détecteurs d’intrusion peuvent notamment venir compléter le système de sécurité d’une demeure afin de prévenir ce genre de situation. On peut distinguer plusieurs types de détecteurs d’intrusion :

Les détecteurs bris de vitre 

Il est assez fréquent de constater que les malfaiteurs choisissent de pénétrer dans une demeure par effraction via les ouvertures autres que la porte. En tentant leur entrée, ils peuvent casser un ou plusieurs carreaux de vitre. Le détecteur de bris de vitre réagit à ce type de choc spécifique et déclenche l’alarme.

Les détecteurs de mouvement 

fonctionnant d’une manière générale avec des rayons infrarouges, les détecteurs de mouvement sont des appareils qui décèlent dans la pièce, le déplacement de chaleur. La détection de la chaleur corporelle est suivie de l’envoi de l’information à la centrale d’alarme. Par ailleurs, d’autres types de détecteurs de mouvement font usage d’un signal hyperfréquence. Ce sont des détecteurs qui appartiennent à la famille des appareils dits : détecteurs volumétriques.

À LIRE
Elagage d'arbre
Travaux

Élagage d’arbre : les critères pour déterminer la technique de taille à exécuter

L’élagage est un moyen de préserver le bien-être et la structure harmonieuse des arbres et des arbustes de notre jardin. Toutefois, c’est un procédé qui ne s’improvise pas. En effet, on distingue différentes techniques de taille. Celle à mettre en œuvre variera cependant en fonctions des particularités de l’arbre qui en fait l’objet. Justement, nous allons aborder les critères à prendre en compte pour déterminer la méthode d’élagage à exécuter. Découvrez ! 

Une technique de taille en fonction de la variété de l’arbre 

Les travaux d’élagage exigent une bonne connaissance des végétaux. En effet, on compte plusieurs espèces d’arbres et d’arbustes. Pour que l’élagage n’affecte pas leur santé, la technique de taille à adopter doit convenir à chacune d’entre elles. Ainsi, il est plus judicieux de faire appel à cet élagueur professionnel dans le Calvados se charger de cette tâche. 

En effet, les résineux sont taillés tous les trois ans à peu près. Leur élagage est de préférence effectué durant le printemps ou durant l’automne. Les travaux sont réalisés en hauteur. Elle est de ce fait encadrée par des règlementations strictes. 

Quant aux feuillus, ils sont soumis à la taille de formation dès leur plantation. Quand ils atteignent leur forme adulte, ils font l’objet d’une taille d’entretien. Cette dernière est idéalement opérée du mois de novembre à mars. Cependant, elle devra se faire en dehors des périodes de gel. En outre, si l’élagage des arbres feuillus n’est pas entrepris de façon régulière, ils risquent d’atteindre une hauteur importante. Le cas échéant, une taille sévère sera réalisée. 

Enfin, les arbres fruitiers demandent plus d’attention. Un entretien régulier favorise le développement des fruits. Dès leur plus jeune âge, ils subissent une taille de formation. Une fois à maturité, une taille d’entretien est opérée après leur fructification. 

L’ancienneté et la hauteur pour déterminer la technique de taille à exécuter

L’âge et la hauteur de l’arbre font partie des facteurs déterminants pour définir la technique de taille à mettre en œuvre. 

Au cours de ces dernières années, des techniques de taille raisonnée ont vu le jour. Elles sont effectuées sur les arbres dès leur plantation. La taille raisonnée est d’ailleurs très respectueuse des végétaux. Elle se matérialise par la taille de formation quand le scion est planté. Elle consiste à le débarrasser de certaines branches afin de ne garder que celles qui formeront la charpente de l’arbre. Ensuite, il y a la taille d’entretien qui est réservée aux sujets adultes. Elle implique la suppression des branches superflues (celles qui sont mortes, pourries ou malades. Elle n’affecte pas la structure initiale de la plante. Elle vise principalement à lui procurer une forme plus harmonieuse. Enfin, on distingue la taille de fructification qui est destinée aux arbres fruitiers. Comme son nom l’indique, elle favorise la mise à fruit et augmente le produit tant en quantité qu’en qualité. 

On oppose à la taille raisonnée ou taille douce la taille sévère. Sa mise en œuvre peut avoir une incidence considérable sur le bien-être de l’arbre. On y a recours pour réduire extrêmement le volume du houppier et la hauteur de ce dernier. De ce fait, on ne doit y recourir qu’en cas de nécessité impérieuse. C’est par exemple le cas lorsque l’arbre en question dépasse les fils électriques et téléphoniques aériens. Dans une telle situation, il est plus judicieux de faire appel à un élagueur professionnel. 

Une technique de taille dictée par le lieu de plantation de l’arbre

La localisation de l’arbre joue un rôle considérable dans la détermination de la technique de taille à appliquer. Les outils et les matériels à utiliser vont également en dépendre. En effet, l’élagage d’un arbre isolé et la taille d’une haie libre s’opèrent différemment. C’est aussi le cas quand l’arbre est planté à proximité d’un ravin. Comme l’intervention sera plus délicate, des mesures de sécurité rigoureuses sont à prendre. Pour élaguer les grands arbres en toute sécurité, il faudra se servir d’une grue ou d’une nacelle élévatrice. 

À LIRE
ramoneur
Travaux

Quels critères prendre en compte avant d’embaucher un ramoneur?

Lorsqu’on parle de « ramoneur », nous avons directement en tête l’image de ce petit garçon recouvert de suit qui porte à son épaule un balai-hérisson. Pourtant, il s’agit de l’artisan qui s’occupe de l’entretien des cheminées. En effet, le ramonage des conduits de cheminée est un travail à réaliser minutieusement. S’il est mal exécuté, la cheminée en question expose les occupants de la maison et le voisinage à des risques. Outre l’intoxication aux gaz toxiques, le feu de cheminée peut provoquer un incendie. C’est pourquoi il faut bien choisir son ramoneur. Quels sont donc les critères à prendre en compte avant d’engager un artisan ? Découvrez-les dans les paragraphes suivants.

À LIRE
Travaux

Comment choisir la meilleure couleur de toit pour votre maison

Augmenter l’attrait et la valeur de votre propriété avec des bardeaux de toiture qui complètent l’apparence générale de votre maison.

Choisir une palette de couleurs pour vos matériaux de toiture n’est pas toujours facile. Que ce soit pour l’ installation de bardeaux de métal, d’ardoise ou d’asphalte , les choix sont nombreux. Et pour chaque choix de couleur de bardeau disponible, il existe une multitude de nuances et de combinaisons de couleurs. N’oubliez pas que vous devez vivre avec votre toit pendant les 20 à 30 prochaines années, alors choisissez judicieusement!

Voici quelques éléments à prendre en compte lors du choix de la couleur de votre toit:

Couleurs de toit foncées ou claires

Beaucoup de gens m’ont posé des questions sur les couleurs sombres par rapport aux couleurs claires en ce qui concerne la rétention de la chaleur du toit. Une étude financée par le gouvernement fédéral a conclu que le revêtement en contreplaqué sous les bardeaux noirs était 10 degrés plus chaud qu’un toit de bardeaux blanc identique par temps ensoleillé. Cependant, l’étude a révélé moins de différence entre les autres nuances de toits (gris et brun).

Mon conseil est de choisir la couleur de toit que vous aimez. Vous allez devoir vivre avec pendant longtemps.

Choisissez des bardeaux en fonction de votre brique

Lorsque vous choisissez une couleur de toiture, rappelez-vous que les couleurs de peinture et de volet peuvent toujours être modifiées, mais les briques sont permanentes. Commencez par comparer des échantillons de couleurs de bardeau à la brique, puis passez aux couleurs de revêtement ou de peinture.

Comparez les matériaux de toiture aux couleurs de peinture extérieure

Si vous envisagez d’apporter un changement à la couleur extérieure de votre maison , comparez la nouvelle couleur de peinture aux échantillons de bardeaux ou de toiture. Allez à la quincaillerie locale, achetez une planche de 2 pieds sur 6 pieds et peignez-la de la nouvelle couleur. Placez la planche à côté des matériaux de toiture que vous envisagez et à côté des couleurs permanentes de votre maison.

Des choix de couleurs complémentaires ajoutent de la dimension à votre toit

Certaines des pires erreurs de couleur de toiture que j’ai vues sont lorsqu’un propriétaire choisit une teinte qui correspond presque parfaitement au revêtement ou à la brique. Cela finit par être un jeu de couleurs monotone, ennuyeux et presque sans vie. Essayez toujours de compléter vos couleurs au lieu de les assortir exactement.

Tonifiez votre extérieur avec une couleur de bardeau simple

Règle de base: si le reste de votre maison est occupé (façades en brique ou en pierre multicolores, couleurs de peinture multiples), vous voudrez choisir une couleur de bardeau atténuée. Trop de motifs et de couleurs submergent les yeux. Cependant, si votre maison a une sensation monotone, une couleur vive peut ajouter un attrait énorme.

Voir les bardeaux de toiture dans tous les types de lumière

Lorsque vous utilisez des échantillons de matériaux de toiture pour assortir ou compléter les couleurs extérieures de votre maison, regardez l’échantillon de bardeaux à la fois au soleil et à l’ombre. Placez l’échantillon dans un endroit ensoleillé où les couleurs de brique rencontrent les couleurs de peinture et de revêtement, puis attendez et vérifiez la même zone d’échantillonnage lorsqu’elle est ombragée. Assurez-vous que toutes les couleurs extérieures de la maison fonctionnent bien ensemble dans tous les éclairages.

Prêt à embaucher?

Si vous êtes prêt à passer à l’étape suivante, voici trois façons de vous connecter avec des entreprises de couverture locales:

  • Achetez maintenant pour les offres de toiture dans votre région
  • Recherchez la liste pour trouver une entreprise de toiture locale
  • Laissez-nous vous mettre en contact avec un couvreur Saint-Denis

Tenez compte de la valeur de revente de votre maison lors du choix d’un toit

Une couleur de toit audacieuse et brillante peut être excellente à votre goût, mais ce n’est pas la tasse de thé de tout le monde. Si vous envisagez de vendre votre maison dans un proche avenir, optez pour un matériau de toiture plus neutre pour protéger votre valeur de revente. J’ai vu des maisons où les acheteurs aiment l’intérieur d’une maison mais sont découragés par le toit.

Je pense que les bardeaux verts ont un bon look sur la bonne maison, mais si cela ne plaît pas à la majorité de vos acheteurs, vous pourriez avoir plus de mal à vendre votre maison. Cependant, si vous prévoyez de rester sur place, une couleur riche et audacieuse sur un toit peut vraiment ajouter du caractère et du charme à votre maison.

À LIRE
Choisir le revêtement idéal de votre toiture
Travaux

Réfection de toiture : comment choisir le revêtement idéal ?

Procéder à la rénovation de la toiture de sa maison, c’est réaliser des travaux qui visent non seulement à embellir le toit, mais aussi à le rendre plus performant. La réfection de cette partie de l’habitation figure parmi les travaux les plus fréquemment menés dans le cadre de la rénovation de toiture. Cette méthode consiste notamment à remplacer le revêtement du toit en vue d’améliorer l’étanchéité de ce dernier, mais aussi son aspect général. Pour ne pas se tromper lors du choix de la couverture, voici quelques conseils pratiques. 

  1. Connaître les différents types de matériaux disponibles

Avant de faire le choix du revêtement idéal pour la toiture de sa maison, il est conseillé de bien se renseigner sur les différents types de matériaux disponibles sur le marché. En matière de revêtement de toiture, vous n’aurez que l’embarras du choix de matériaux de couverture selon vos goûts et vos besoins. En voici quelques-uns : 

  • le métal : reconnu pour être un revêtement durable (plus de 50 ans, voire plus), le métal peut se décliner en deux matériaux, à savoir l’acier et le tôle. Certes, le revêtement en métal est plus coûteux, mais il est considéré comme étant l’un des plus rentables du marché.
  • Le bardeau d’asphalte : ce type de revêtement est l’un des plus abordables des couvertures de toiture. Le bardeau d’asphalte est aussi facile à poser. Il n’est pas du tout difficile à trouver dans les magasins spécialisés, physiques ou en ligne. 
  • La tuile : c’est un matériau très répandu. La tuile peut se présenter sous différentes formes pour s’adapter à la forme du toit, mais également pour s’accorder aux goûts du propriétaire de la maison.  
  • L’ardoise : cette couverture est appréciée pour sa longévité. Un toit en ardoise peut en effet durer une dizaine d’années. Elle est également résistante, incombustible et recyclable. Son aspect naturel et prestigieux est aussi des atouts majeurs. 

Dans le but de savoir exactement les matériaux disponibles sur le marché et qui pourraient convenir au projet de réfection de toiture, vous pouvez demander conseil à un professionnel comme ce couvreur qui propose ses services dans les Pyrennees Orientales

  1. Toiture : quel revêtement choisir ? 

Une fois que vous aurez collecté toutes les informations, notamment les avantages et les inconvénients de chaque type de matériaux du revêtement, vous pouvez maintenant commencer à réfléchir sur le revêtement qu’il vous faut. Il est important de rappeler que le revêtement de toiture est un élément essentiel pour votre habitation, car il vous protègera des intempéries, isolera efficacement votre maison et aura aussi une fonction décorative. Vous l’aurez compris, vous devrez donc prendre le temps de bien choisir votre revêtement afin que ce dernier puisse répondre de manière efficace à vos besoins et à vos attentes. 

Tout d’abord, vous devrez évaluer vos besoins. Pour ce faire, posez-vous les bonnes questions. Devrez-vous tout changer ou tout simplement réparer quelques parties vétustes de la toiture ? À combien s’élève votre budget ? Vous devrez établir un budget précis et vous devrez le respecter. Il est à noter qu’avant d’entamer votre projet de réfection de toiture, renseignez-vous sur les normes en vigueur selon votre municipalité et/ou votre ville. Pour vous assurer un résultat parfait, il est recommandé de faire appel à un maître couvreur. Vous aurez ainsi la garantie d’un travail bien fait respectant les normes en vigueur citées plus haut. 

À LIRE