Voyages

L’Argentine et ses spectaculaires domaines skiables

Contrée captivante d’Amérique latine, l’Argentine est un endroit rêvé pour faire s’amuser en patientant l’arrivée de la neige en Métropole. Dans ce pays où l’on rencontre un paysage diversifié, les amateurs de sports d’hiver seront aux anges. En effet, un large choix de domaines skiables seront à leur disposition. En plus, ces centres proposent aux vacanciers diverses pistes pour s’adonner à leurs passions et surtout d’amuser.

La province de Neuquén, un lieu fascinant de l’ouest de l’Argentine

La province de Neuquén, située au nord-ouest de la Patagonie est une des zones propices au ski en Argentine. Dans cette localité, les amateurs de sport d’hiver peuvent s’adonner à leurs passions dans plusieurs sites remarquables. L’un de ces endroits est le domaine skiable de Chapelco. Ce complexe se trouve au pied de la montagne du même nom, dans la cordillère des Andes et près de San Martin de los Andes. Il dispose de 22 pistes où lesadeptes deski peuvent s’amuser pleinement.

 Il est à noter que la qualité de la neige dans cette localité est irréprochable. De plus, les paysages de Chapelco sont variés. Cerro Bayo est également un autre lieu à ne pas rater dans la province de Neuquén. Ce domaine, créé en 1978, est situé à 9 km du village touristique de Villa la Angostura. Il compte 22 pistes skiables sur près de 200 ha et de 12 remontées mécaniques. Il est accessible aux voyageurs à partir de la fin de mois de juin.

La métropole de San Carol de Bariloche, une municipalité intrigante d’Argentine

San Carol de Bariloche ou simplement Bariloche, est une des villes qui captiveront les vacanciers visitant cette contrée d’Amérique latine. Cette ville de la région de Patagonie est surnommée la Suisse Argentine pour ses beaux paysages de lacs et de montagnes. Dans cette localité, les passionnés de spot d’hiver auront de quoi faire. En effet, ils peuvent s’amuser au Cerro Catedral, inclus dans le parc national de Nahuel Huapi. Cette montagne de 2 405 m de haut abrite l’un des plus anciens domaines skiables du territoire.

Ce complexe possède près de 120 km de piste et 34 remontées mécaniques. Il permet à ceux qui font un voyage en Argentine de s’adonner à plusieurs disciplines comme le ski et la luge. Il est accessible aux globe-trotters à partir du 15 juin. Une escapade à San Carlos de Bariloche est également une occasion de déguster les spécialités culinaires de la région. La truite et l’agneau de Patagonie font partie des ingrédients les plus utilisés par les cuisiniers locaux.

La ville d’Ushuaïa, une perle touristique du sud de l’Argentine

Considéré comme la ville la plus australe du monde, Ushuaïa est un des hauts lieux touristiques de l’Argentine. Cette métropole est une destination incontournable pour les passionnés de sports de glisse, afin de s’adonner au ski. En effet, elle dispose d’un des domaines skiables les plus récents du pays. Il s’agit notamment du Cerro Castor qui se trouve à 26 km au nord de la ville. Ce complexe possède près de 20 km de piste adaptés à diverses disciplines dont le snowboard.

 Il offre aussi à ceux qui profitent de leur voyage en argentine comme vu ici, de fabuleux hors-pistes. À noter qu’il est possible de s’amuser dans cet endroit aux alentours du 22 juin. En dehors des sports d’hiver, une escapade à Ushuaïa est une opportunité d’explorer le parc national Tierra del Fuego. Cette réserve est un des plus isolés du territoire. Elle a été créée en 1960 pour préserver la faune et la flore de cette partie de la contrée. En outre, elle possède plusieurs pistes de randonnée qui émerveilleront les amoureux de la nature.

À LIRE
Voyages

Les spécialités culinaires mauriciennes à goûter lors d’un séjour sur l’île

Beaucoup de voyageurs se rendant à l’île Maurice considèrent que la nourriture est l’un des aspects les plus intéressants du pays. Cette destination se distingue par la richesse et la diversité de sa cuisine. Cela s’explique par son héritage indien. Mais aussi par les influences chinoises, africaines et européennes. Pour ne rien rater des meilleures des saveurs mauriciennes, vous trouverez ci-dessous une sélection de ses spécialités culinaires à découvrir.

Le curry mauricien

Près de deux tiers de la population mauricienne sont d’origine indienne. Et cela a une grande influence sur les spécialités gastronomiques de l’ile. Vous y retrouverez donc des classiques de cuisine indienne, mais préparés « à la sauce mauricienne ». C’est notamment le cas du curry. Que vous y veniez avec un spécialiste comme Maurice Marco Vasco, ou que vous préfériez organiser vous-même votre escapade culinaire, le curry est un incontournable. À noter que le curry n’est pas un plat unique. C’est plutôt un ensemble de plats avec une grande variété de saveurs.

Dans la cuisine mauricienne, le curry se présente souvent sous forme de masala. Ainsi si vous commandez du « curry » dans un restaurant mauricien, vous aurez probablement du masala. Le curry masala est composé d’un mélange d’épices, de feuilles de curry, de coriandre, de cumin, de cardamome, de fenouil, de fenugrec, de cannelle et de curcuma. Il est généralement servi avec du poulet, du poisson ou des légumes. Le curry mauricien peut aussi être servi avec d’autres produits de la mer, notamment des crevettes ou du poulpe.

La salade de palmiste

La salade palmiste ou salade de coeur de palmier est une salade faite à partir de coeur de palmier. Le coeur est la partie intérieur de l’arbre. Et le palmiste est une variété de palmier qui ne se trouve qu’à Maurice. La salade de palmiste a un goût frais et un caractère croustillant.

Cette spécialité mauricienne est parfois appelée salade du millionnaire. Pour comprendre cette appellation, il faut savoir qu’à une époque, les palmiers étaient une source importante de revenus les habitants du pays. Afin de faire une salade de coeur de palmier, il faut abattre un palmier. Et le faire était une grande démonstration de richesse. En effet, cela signifiait le sacrifice d’une source de revenus qui pouvait prendre des années à mûrir, pour en faire une salade.

Le rougail

Le rougail est un plat classique des Mascareignes, et c’est aussi l’un des plats les plus populaires à Maurice. Il est essentiellement composé d’une sauce tomate et d’oignon à laquelle sont ajoutés différents autres ingrédients. Ces derniers dépendent des envies et des préférences de chacun. Cela dit, il y a de fortes chances que vous y trouverez entre autres de l’ail, du gingembre, de la feuille de curry, du thym et du piment.

Cette sauce est habituellement mélangée avec de la viande ou du poisson. Les rougails les plus typiques de Maurice sont préparés avec de la saucisse ou du poisson salé. Cela dit, vous pouvez en trouver avec des œufs, du bœuf, du porc, etc..

La salade de poulpe

Vous vous trouvez dans un pays insulaire au milieu de l’océan Indien. Il est tout à fait naturel d’y rencontrer une abondance de produits de la mer. Sur l’ile, les poissons sont préparés d’une multitude de façons : grillés, fumés, frits, crus, etc.. De même, vous avez également la possibilité de gouter à une large gamme de fruits de mer. C’est le cas entre autres des crevettes et des poulpes.

La salade de poulpe est notamment un plat très populaire sur l’ile Maurice. Elle est aussi connue sous l’appellation de salade d’ourite. Si vous aimez les fruits de mer, vous allez certainement apprécier cette spécialité mauricienne.

À LIRE
Organisez-vous un road trip dans les îles Polynésiennes
Voyages

Organiser un road trip aventureux sur les îles Polynésiennes lors d’un séjour

Marquée par des paysages de rêve dignes d’une carte postale, la Polynésie française est une destination parfaite pour se ressourcer. Découvrez cette collectivité de la République française durant vos vacances et vous serez totalement dépaysés. En plus de vous déconnecter de votre quotidien, vous pourrez également y faire une randonnée en voiture. Vous verrez ainsi des sites pittoresques et fascinants.

Commencer un séjour à Tahiti et faire le tour de Papeete

Pour votre premier grand voyage en Polynésie, séjournez d’abord à Tahiti afin de mieux organiser vos circuits touristiques. Il s’agit d’un petit bout de paradis très prisé des backpackers, mais c’est surtout la plus grande ville des îles polynésiennes. Sa capitale, Papeete, reçoit de nombreux vacanciers et randonneurs chaque année. En effet, elle est le point de départ idéal pour explorer l’île en voiture. De plus, vous y trouverez tout ce dont vous aurez besoin pour enrichir votre road trip en Polynésie. Par ailleurs, Tahiti abrite énormément d’embarcations le long de son front de mer. Il y a, notamment des catamarans, des yachts et d’autres bateaux de croisière. Si vous rêvez donc d’une virée en mer durant votre séjour, contactez les responsables sur place pour la location. Sinon, visitez le centre-ville de Papeete et découvrez l’ambiance chaleureuse dans ses restaurants tout en vous délectant des spécialités locales.

Continuer par une escapade sur l’île de Moorea pour se reposer

Après des randonnées enrichissantes à Tahiti, direction l’île de Moorea pour s’accorder des moments de répit. Quelques jours passés à cette adresse vous décompresseront sûrement de par son cadre authentique et son atmosphère véritablement sereine. Il faut avouer que Moorea a tout pour plaire : plages de sable blanc, coraux, poissons multicolores, raies pastenagues, etc. Vous pourrez donc y faire de la plongée sous-marine ou pratiquer du paddle-board si l’envie vous tente. Pour « en savoir plus » sur différents sites à visiter en Polynésie, appelez un spécialiste de voyage. Ainsi, vous organiserez un road trip et partirez à la découverte de lieux pittoresques et de ses villages traditionnels. Il est bon de noter que la location de voiture est l’une des meilleures façons de visiter Moorea. Vous aurez ainsi l’occasion de faire un voyage à petit budget, et ce, à tout moment de la journée. 

Terminer un road trip polynésien par un passage à Raïatea

Certes, Raïatea est moins prisée que les autres îles polynésiennes, mais elle est captivante et paisible. Elle appartient aux îles Sous-le-Vent et vous invite à passer des promenades en voiture sur son territoire. À l’abri du tourisme de masse, cette île vous offre une occasion de profiter pleinement d’un road trip. Cela afin de marquer votre voyage par des expériences aventureuses inoubliables. Pour « en savoir plus » sur d’autres endroits à voir en Polynésie, vous pourrez vous renseigner auprès de votre guide. Vous aurez alors la chance de découvrir plus de destinations merveilleuses comme l’île d’Huahine ou encore Taha’a. Par ailleurs, pendant vos balades en voiture à Raïatea, ne manquez pas le marae de Taputapuatea. Celui-ci est un site sacré caractérisé par 42 biens culturels et naturels tricolores. Autrefois, il servait de lieux de cérémonies culturelles, sociales et politiques aux anciens habitants de Raïatea.

À LIRE
hébergement-en-tente
Voyages

Tout ce qu’il faut retenir sur les types d’hébergements disponibles en Argentine

Vos billets pour votre voyage en Argentine sont réservés ? Vous n’aurez plus qu’à penser au logement pour dormir durant vos vacances dans ce pays sud-américain. De l’hôtel cinq étoiles au terrain de camping, cette contrée vous offre un large panel d’hébergements. Vous y trouverez facilement un meilleur endroit pour vous loger après une longue journée de découvertes.

Concernant les auberges de jeunesse et les estancias en Argentine

Pour passer vos vacances en Argentine, vous pourrez vous diriger vers les auberges de jeunesse. Vous en découvrirez dans les grandes villes et aux abords des principaux lieux d’intérêt comme Salta, Iguazú et Mendoza. En rejoignant les quartiers de Centro et de San Telmo, vous verrez une multitude d’auberges bon marché. En général, ils mettent à votre disposition des chambres doubles et des lits en dortoir.

La plupart de ces établissements bénéficient d’une cuisine équipée et d’une salle de bains privée ou collective. Sachez qu’en Patagonie, certaines auberges de jeunesse ferment pendant la période hivernale qui se situe entre juillet et septembre. Vous aurez également la possibilité de séjourner dans une estancia durant votre voyage en Argentine. Il s’agit d’une sorte de ranch traditionnel qui se trouve dans les endroits reculés de la contrée. Vous en dénicherez autour de la capitale Buenos Aires et dans toute la région des lacs.

Se tourner vers le camping durant un séjour touristique en Argentine

Si vous souhaitez découvrir et admirer la splendeur du paysage de l’Argentine, misez sur le camping. Vous trouverez de meilleurs terrains dans la région des lacs ou de la Patagonie. La plupart des villes comme Mendoza ou Bariloche disposent d’un camping municipal où vous planterez votre tente. Pour cela, le tarif tourne autour de 40 ARS la nuit. En revanche, les emplacements gratuits sont généralement agréables, mais manquent d’équipements adaptés.

Avant de partir pour vos circuits en argentine en famille, achetez une tente de qualité comprenant un auvent. Sur place, les matériels de camping sont plus onéreux. N’oubliez pas de vous munir d’un sac de couchage et d’un réchaud à kérosène ou à pétrole. Vous pourrez également choisir les campings privés bénéficiant d’excellentes installations incluant des douches chaudes, des toilettes et une machine à laver. On y trouve aussi un barbecue, un restaurant, une épicerie et même une piscine.

Concernant les locations et les séjours chez l’habitant en Argentine

Si vous envisagez de séjourner pendant quelque temps en Argentine, vous ferez certainement des économies en louant un appartement ou une maison. Dans différentes stations balnéaires comme Mar delPlata, vous pourrez vous loger à plusieurs dans une résidence équipée d’une cuisine. Pour cela,consultez des journauxou informez-vous auprès des offices du tourisme.

Pour vos circuits en argentine durant la saison touristique, vous trouverez des chambres à louer chez des particuliers. Cette formule vous permet de tisser des contacts avec les habitants. Vous pourrez ainsi rencontrer les Argentins et faire leur connaissance tout en découvrant leur mode de vie. Les locaux seront ravis de vous accueillir dans une ambiance chaleureuse. Il ne vous reste plus qu’à maîtriser la langue espagnole pour entretenir avec eux.

À LIRE
Voyages

Les 6 meilleures attractions touristiques à Madagascar

L’incroyable diversité écologique et la beauté naturelle de l’île Rouge en font un pays oublié par le temps. Cette magnifique île est située au large de la côte orientale de l’Afrique dans l’océan Indien. La Grande Île abrite des milliers d’espèces végétales et animales que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde.

 L’extraordinaire diversité naturelle de Madagascar a valu au pays le surnom de « huitième continent ». Visitez les 6 principales attractions touristiques de Madagascar pour découvrir la diversité naturelle et historique de l’île Rouge.

 1.     Le parc national de Ranomafana

Localisé dans la région sud-est de la Grande Île, à proximité du village de Ranomafana, le parc national de Ranomafana est l’un des parcs les plus appréciés de Madagascar. La partie est du parc est la plus captivante, abritant une multitude de ruisseaux à travers des collines densément boisées.

Le parc abrite le lémur bambou doré ou l’hapalémur doré, un animal dont le régime alimentaire comprend des bambous particuliers. Ces derniers contiennent des doses de cyanure qui seraient mortelles pour d’autres animaux, mais le lémurien doré se nourrit de ces bambous sans effets néfastes.

Avez-vous besoin d’aide pour planifier un séjour mémorable à Madagascar ? Cliquez ici tout simplement.

2.     Le parc national de Masoala

Se trouvant dans le nord-est de Madagascar, le parc national de Masoala couvre près de 402 km de forêt tropicale et comprend également trois parcs marins. Le parc est le refuge de dix espèces de lémuriens, dont l’Aye-aye, le plus grand primate nocturne du monde. Le parc abrite aussi un grand nombre d’oiseaux et de reptiles, y compris la grenouille tomate, appelée ainsi en raison de sa couleur rouge vif.

Bon à savoir : les parcs marins de Ambodilaitry, Tampolo et Ifaho sont tout simplement excellents pour les aventures de plongée en apnée et de kayak.

3.     Le parc national d’Andasibe-Mantadia

Couvrant environ 160 km de terres à l’est de Madagascar, le parc national d’Andasibe-Mantadia abrite onze espèces de lémuriens, dont le plus grand lémurien du pays, l’Indri.

Se trouvant à proximité d’Antananarivo, Andasibe-Mantadia est l’un des parcs les plus faciles à visiter. L’endroit est divisé en deux zones bien distinctes qui sont le parc national de Mantadia et la réserve d’Analamazoatra. Les guides locaux organisent souvent des visites de 1 à 6 heures au niveau de ces zones.

4.     La colline royale d’Ambohimanga

Cet endroit est considéré comme l’un des sites les plus sacrés par le peuple malgache depuis déjà 500 ans. En effet, la colline royale d’Ambohimanga est un village historique où siégeait autrefois la royauté malgache.

Le mur entourant le village a été construit en 1847 et a été construit à l’aide d’un mortier de chaux et de blancs d’œufs. Le complexe de Mahandrihono comprend l’ancienne demeure du fameux roi Andrianampoinimerina. Il est décoré avec des murs en palissandre massif et des objets du grand roi de l’île, notamment des tambours, des armes et des talismans.

5.     Ifaty

Ifaty est le nom donné à la région abritant des villages de pêcheurs sur la côte sud-ouest de Madagascar. Au large, un récif de corail de 96 km de long constitue une barrière naturelle aux vagues de la mer agitée. Cela crée des eaux côtières idéales pour la plongée en apnée et la pêche. La zone désertique intérieure est populaire pour sa forêt épineuse, où les baobabs ont prospéré pendant des siècles.

6.     L’Allée des baobabs

L’Allée des baobabs se réfère à un groupe d’arbres bordant le chemin de terre entre Morondava et Belon’i Tsiribihina dans l’ouest de la Grande Île. Son paysage saisissant attire des touristes des quatre coins du globe, ce qui en fait l’un des sites les plus visités de la région.

Pouvant atteindre les 800 ans, les baobabs n’étaient pas les seuls à dominer le paysage à l’origine. En effet, on retrouvait autrefois ici une forêt tropicale dense. Au fil des ans, les forêts ont été défrichées pour l’agriculture, ne laissant que les célèbres baobabs.

À LIRE
Voyages

Séjour au Japon : que faire dans la ville de Nagoya ?

Vous avez décidé de visiter le Japon ? Vous êtes à la recherche d’une idée de circuit ? Que diriez-vous de passer quelques jours dans la ville de Nagoya ? Cette dernière se trouve entre Osaka et Tokyo, au centre de l’île d’Honshu. Même si elle est souvent boudée par les visiteurs, elle offre néanmoins de belles expériences. Ci-après quelques-unes des meilleures activités que propose Nagoya.

 Visiter le château de Nagoya

Au Japon, vous ne manquerez pas d’occasion de visiter des châteaux. Cette activité vous permet de vous immerger dans l’histoire du pays. Si vous souhaitez visiter les plus beaux châteaux du pays, il est conseillé de voyager avec des professionnels. Pour en savoir plus sur les offres, rendez-vous sur ce site : https://www.prestige-voyages.com/japon/guide-japon/sejour-japon.html. À Nagoya, le château Nagoya-jō qui est considéré comme étant le symbole du pouvoir des samouraïs constitue un incontournable.

Le château a été construit en 1612 et fait la fierté des habitants de la ville. Le donjon principal a été reconstruit en 1959 et a été reconverti en musée où vous pouvez apercevoir des pierres précieuses, des sabres et des tableaux. Le donjon abrite aussi une plateforme d’observation qui se trouve au 7e et dernier étage. Le château a également fait l’objet d’autres rénovations plus récentes pour lui redonner sa splendeur d’antan.

Prendre une journée pour visiter le musée des sciences de Nagoya

La ville propose de nombreuses attractions pour tous les goûts et toutes les envies. Si vous décidez de découvrir le Japon en famille, les enfants apprécieront particulièrement la visite du musée des sciences de Nagoya. Le site se trouve dans le quartier de Sakae, plus précisément dans le parc de Shirakawa. Il s’agit, sans aucun doute de l’un des plus grands musées de tout le pays.

Il est divisé en 3 grands bâtiments qui sont consacrés à 3 thèmes différents : sciences et technologies, sciences de la vie et astronomie. La section « astronomie » attire plus de visiteurs en raison de son planétarium (l’un des plus grands du monde). Vous y trouverez de très nombreux jeux et parcours de découvertes. Les enfants peuvent aussi participer à des ateliers et assister à des spectacles.

Se promener dans le quartier d’Osu

Vous souhaitez apprécier l’authenticité du Japon ? Prévoyez faire un tour dans le quartier d’Osu. Ce dernier se trouve près du temple Osu Kannon. Il attire les voyageurs par ses rues couvertes où se trouvent des magasins, des boutiques, des bars et des restaurants. En tout, la rue commerçante compte plus de 1 200 boutiques qui se répartissent sur 2 km de long. Les enfants et les grands enfants peuvent également y trouver leur bonheur.

En effet, le quartier abrite deux salles d’arcades où vous pouvez vous amuser à des jeux vidéos. La ville de Nagoya abrite d’autres sites qui en valent le détour comme le château de Kiyosu, le temple Togan-Ji, le port et l’aquarium de Nagoya. Si vous avez le temps, le zoo et le Jardin botanique d’Higashiyama, le sanctuaire Atsuta-Jingu constitue également des sites incontournables de la ville.

À LIRE
Edimbourg -la-vieille-ville-médiévale-en-Europe
Voyages

Edimbourg : la vieille ville médiévale en Europe

Edimbourg, surnommée Athènes du Nord grâce à sa vieille ville médiévale magnifiquement préservée est la capitale culturelle de l’Écosse. Sculptée avec des rues pavées surplombées par des châteaux médiévaux au sommet d’une colline, c’est une ville qui offre un paysage boisé accidenté mais vierge.

À LIRE
Place de parking, Avignon
Voyages

Trouver un parking près de la gare TGV d’Avignon

Il n’est jamais facile de trouver un endroit sûr pour garer sa voiture, surtout lors des déplacements ou lors des visites à Avignon. La sécurité et la proximité avec les infrastructures utilitaires sont autant de conditions qui restreignent l’accès à des parkings. À cela s’ajoutent le prix de stationnement et la disponibilité des places. Heureusement, il existe diverses offres de location de parking dans la Cité des Papes. Simples et pratiques, les services sont adaptés aux besoins de chacun.

Trouver un parking pour plusieurs jours à Avignon

La Cité des Papes a tant à offrir aux vacanciers et aux touristes. La ville en elle-même est remplie de merveilles attrayantes. Pour ceux qui envisagent de visiterAvignon, la voiture reste le moyen de locomotion le plus pratique pour sillonner la cité. Toutefois, il est indispensable de trouver une place de parking adaptée. Durant la haute saison où les hôtels sont souvent bondés, il est fort probable de ne plus trouver de place pour garer sa voiture. Le mieux serait donc de réserver une place de stationnement à proximité du lieu d’hébergement pour faire d’une pierre deux coups. La distance entre l’hôtel et le parking pourra ainsi être parcourue à pied sans effort.

Même si l’emplacement du parking est avantageux, il ne faut pas oublier de considérer le coût du service de location. Il serait, en effet, dommage de dépenser une grande partie du budget de vacances pour le stationnement. En cas de déplacement dans une ville voisine, il est aussi essentiel de garder sa voiture dans un endroit sécurisé. Faute de garage, la location de parking privé à Avignon est l’option la plus conseillée. Cette alternative permet également de bénéficier d’un stationnement à proximité de la gare. Il n’y a pas plus pratique que de réserver sa place à l’avance. Cela évite de tourner en rond pour trouver une place libre au risque de rater son train. Au retour, il suffit de récupérer la voiture au même endroit.

Miser sur un parking privé près de la gare d’Avignon

La location de parking à la gare tgv d’Avignon permet un accès facile au stationnement pour les allées et venues dans la ville. Comme ce lieu est largement fréquenté, les places disponibles sont relativement rares. À moins d’être chanceux ou d’arriver de très bonne heure, il est difficile d’y trouver une place libre. Voilà pourquoi de plus en plus de personnes sont séduites par les services de location. De surcroît, la sécurité de leur voiture est assurée. Pour les voyageurs, opter pour un parking privé près de la gare d’Avignon est également stratégique.

Dans le périmètre environnant, il est facile de dénicher des hébergements variés et des établissements de restauration. La location de parking près de la gare d’Avignon permet de profiter d’un service de qualité. Certaines plateformes en ligne offrent même la possibilité de calculer le budget à prévoir suivant la durée du stationnement. Les prix sont attractifs et abordables pour tous. Une fois décidé, il suffit de réserver sa place à l’avance et le tour est joué.

À LIRE
vacances-au-ski
Voyages

Comment parfaire ses vacances au ski ?

Faire son choix parmi les 300 stations de ski françaises n’est pas évident. Pour trouver la destination idéale, il faut déterminer avant tout le type de séjour souhaité. Sera-t-il uniquement tourné vers la pratique de ski et autres sports d’hiver ou devra-t-il inclure des pauses détente au spa ? S’agit-il de vacances en famille ? Si oui, la station propose-t-elle des activités adaptées aux enfants ? Le séjour se fera-t-il avec un groupe d’amis à la recherche d’endroits pour se retrouver le soir pour faire la fête ? Déterminer le niveau en ski de chacun peut aussi être d’une grande aide. Les skieurs experts apprécieront en effet de glisser sur les longues pistes des grands domaines tandis que les débutants et les intermédiaires trouveront du plaisir dans des stations de taille moyenne.

À LIRE
changement climatique
Voyages

Changement climatique : voyager responsable en avion ?

Pendant longtemps, les avions étaient blâmés pour leurs émissions de gaz à effet de serre et son effet néfaste sur réchauffement climatique . Pendant de nombreuses années, ils ont été considérés comme le moyen de transport le plus polluant. Les trains, les bus et même les voitures – tous ces véhicules seraient plus performants que les avions. Mais est-ce toujours le cas de nos jours ? D’après les dernières données, pas vraiment. Découvrons-le ensemble.

L’avion est-il le moyen de transport le plus polluant?

Pour répondre à cette question, nous devons d’abord comprendre deux choses. Premièrement, comment la pollution par les moyens de transport est mesurée. Et deuxièmement, comment les comparaisons sont faites.

En effet, pour évaluer les émissions d’un moyen de transport, il faut d’abord connaître sa consommation de carburant par km. Ce nombre doit ensuite être multiplié par un facteur d’émission spécifique (qui dépend du carburant utilisé). Il faut ensuite ajouter à ce chiffre les émissions des phases de fabrication et de fin de vie du véhicule analysé, l’énergie grise. Et s’il s’agit d’un avion, les  émissions en forçage radiatif doivent également être prises en compte. Ensuite, les résultats sont pondérés et divisés par le nombre de passagers et le nombre de kilomètres parcourus. Le résultat sera un nombre mesuré en  gramme de CO2 / passager / km.

Le «problème» est que pour établir ces prédictions abstraites restent des modèles théoriques. Comprenant de nombreuses hypothèses qui affectent le résultat final. Ci-dessous, nous vous donnons les chiffres de pollution du rapport de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE-EEA):

  • 14 g de CO2 / passager / km pour le train
  • 42 g CO2 / passager / km pour une petite voiture
  • 55 g de CO2 / passager / km pour une voiture moyenne
  • 68 g CO2 / passager / km pour un bus
  • 72 g CO2 / passager / km pour un deux roues à moteur
  • 285 g CO2 / passager / km pour un avion

Un avion est-il plus polluant qu’une voiture?

Cela dépend des hypothèses. En regardant les chiffres ci-dessus, l’avion semble être le moyen de transport le plus polluant. Néanmoins, certaines hypothèses sont trompeuses. Par exemple, le chiffre de 55 g de CO2 / passager / km pour une voiture moyenne suppose que la voiture est occupée par 4 personnes. Mais cette hypothèse est-elle réaliste ? Le taux d’occupation moyen d’une voiture aux États-Unis est de 1,54 personne par véhicule et par mile. Le fait est qu’avec moins de monde dans l’auto, toute la pollution automobile serait de 110 g pour 2 passagers ou même de 220 g pour 1 passager.

Dans le même temps, les 285 g CO2 / passager / km de l’avion considèrent un taux d’occupation de 88 personnes. Mais ce chiffre est-il vrai en toutes circonstances? La capacité des avions et leurs taux d’occupation sont généralement bien au-dessus de 88 personnes .Les avions obtiendraient un meilleur score (inférieur) à 285 g de CO2 / passager / km si la pollution totale était partagée.

Par conséquent, nous ne savons pas dire avec certitude quel transport est meilleur. Cela dépend de la distance ou du nombre de passagers. Mais d’autres variables peuvent aussi faire une différence.

Pour avoir des chiffres réalistes, des variables telles que les évolutions techniques récentes ou la consommation au démarrage et à l’arrêt doivent également être prises en compte. Conduire avec l’air conditionné signifie une consommation de carburant plus élevée, par exemple.

En effet, ces dernières années, les émissions de CO2 des avions ont été réduites de manière significative, grâce à des programmes d’optimisation technologique et technique tels que les projets ACARE2020, Cleansky ou SESAR . Grâce à cela, les émissions de CO2 / passager / km en vol baissent beaucoup plus rapidement que celles des voitures. Les données de l’AEE sont assez anciennes et ne tiennent pas nécessairement compte de ces évolutions technologiques. Pour cette raison, elles doivent être prises avec précaution.

Des études récentes semblent généralement convenir qu’un avion n’est pas nécessairement le moyen de transport le plus polluant. C’est pourquoi on dit aussi qu’une voiture pollue autant, et souvent même plus, qu’un avion sur des distances équivalentes.

En moyenne, sur un long trajet, une voiture avec 2 personnes émet un peu plus de CO2 que si ces deux personnes avaient volé. Et une voiture avec 3 personnes n’émet en moyenne que 15% de moins que si les 3 avaient fait le même trajet en avion. Bien sûr, l’analogie ne peut être justifiée que pour des distances comparables: il est évident que personne ne fera New York – Sydney en voiture.

En plus de tout ce dont nous avons parlé, d’autres facteurs indirects doivent également être pris en compte. Pensons par exemple aux embouteillages. Une voiture coincée dans  un embouteillage émet 2,5 fois plus de CO2  par rapport aux conditions de circulation normales. Prendre la voiture (avec 3 personnes) pour les vacances peut signifier une empreinte carbone plus importante que l’avion. Par conséquent, d’autres types d’émissions, comme  les particules fines , qui sont beaucoup plus élevées pour le transport routier, devraient également être pris en compte.

Au final, un voyage en avion est souvent préférable d’un point de vue environnemental à un trajet en voiture pour les longs trajets. Toutes choses étant pareilles, le choix de l’avion augmente le taux d’occupation des avions – qui décolleront de toute façon, que vous y soyez ou non. Cela réduit également la congestion du trafic et, par conséquent, optimise l’ensemble des réseaux de transport. La plupart du temps, si vous transportez moins de 4 personnes dans votre voiture, choisir l’avion vous donnera une empreinte CO2 plus faible. Et plus la distance est longue, plus cette logique est vraie. Pourquoi? Parce que les émissions de CO2 d’un avion sont plus élevées pendant les phases de décollage et d’atterrissage. Ainsi, plus le vol est long, plus l’avion aura de kilomètres ou de miles pour atténuer l’impact de ces 2 phases. Dans l’ensemble, bien que l’émission totale soit plus importante, les émissions de CO2 / km par km diminuent.

Néanmoins, nous ne devrions pas considérer le voyage en avion comme un acte routinier

L’avion reste un moyen de transport très polluant et problématique. Les avions restent parmi les moyens de transport les plus polluants, avec les voitures. Sur un trajet de 500 kilomètres par exemple, un avion pollue 10 à 50 fois plus qu’un train électrique à grande vitesse et 5 à 10 fois plus qu’un bus. Sur le plan environnemental, la croissance du transport aérien n’est donc pas souhaitable. Bien qu’il puisse être bon que les gens utilisent moins leur voiture, c’est mauvais si cela les encourage à prendre un avion au lieu d’un train ou d’un bus.

Dans l’ensemble, réduire nos besoins de transport (en avion mais surtout en voiture) est l’un des meilleurs moyens dont nous disposons pour réduire notre empreinte carbone . Et n’oubliez pas de prendre le train autant que possible!

À LIRE